Happy House: Ou la maison de l'horreur

Happy House: Ou la maison de l'horreur

« Martin Adams ne réagit pas. Il est paralysé par la peur. Recroquevillé sur lui-même, il attend, inquiet, le cœur battant. Au bout d’un moment qui lui paraît une éternité, il finit, épuisé, par s’assoupir dans sa pisse. Ce n’est que bien plus tard, alors qu’il est dans un demi-sommeil,qu’il entend des pas résonner dans toute la maison. Il sursaute et se réveille d’un bond. Il a l’impression qu’un troupeau d’éléphants a pris position au-dessus de sa tête qui est lourde.Sa nuque est raide. Il a des fourmis dans les jambes et il est tout endolori. Des voix qui se veulent sérieuses, techniques, parfois rauques ou même cassées lui parviennent, par intermittence,hachées. Il tend l’oreille et se concentre avantage. Il saisit quelques bribes de mots :— Par là… Doc, venez… Merde… Qui a pu faire une chose pareille…Je n’ai jamais rien vu d’aussi moche. P’tain, ce n’étaient que des gosses ! »Le destin d’une famille de Montmartre bascule lors de vacances à Deauville. Dans une maison qu’elle a louée, la mère y est agressée tandis que deux de ses enfants y sont assassinés. Martin, l’enfant rescapé finira, grâce à son « flair », par découvrirl’un des assassins mais sauvera-t-il à temps son père, un drogué du sexe ?Fiction mêlant intrigues, rebondissements, aventures et sentiments.

John_2018-05-03.