Clarisse

Clarisse

Je ne suis pas à l’aise avec l’idée de me « vendre ». Je ne sais pas vous, mais je trouve ça terriblement  artificiel. En réalité, ici, dans cet espace particulier où vous cherchez quelqu’un pour se pencher avec vous sur quelque chose d’aussi précieux que votre peut-être premier texte, vous vous fichez pas mal de savoir comment m’est venu ce goût des mots, qui nous rassemble. Vous imaginez bien, j’espère, que je saurai m’atteler à ces tâches délicates, qui sont une lecture attentive et bienveillante ou une correction pointue, avec tout mon cœur, sinon vous n’auriez jamais vu ma photo au côté de ce texte. Je mise sur votre sensibilité qui vibrera peut-être à l’unisson de la mienne, et aussi sur un ressenti immédiat de confort ou non à la lecture, que je n’explique pas, mais qui se trompe rarement. J’attends avec impatience de vous lire. Et tant pis tant mieux si je suis meilleure lectrice que vendeuse. Bien à vous.